Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 Bouton10  Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 Goog_l10  

Partagez
 

 Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19
AuteurMessage
PAUL
Maître Principal chef
Maître Principal chef
PAUL

Nombre de messages : 373
Age : 73
Localisation : Esneux
Date d'inscription : 21/12/2009

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1)   Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 EmptyMar 16 Juil 2019 - 20:27

Et de un !
Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
olivier

Nombre de messages : 42685
Age : 51
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1)   Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 EmptyVen 19 Juil 2019 - 0:43

https://twitter.com/infobae/status/1151848276909527040

traduction google de l'article :

Citation :
Exclusif: ce que dit le rapport final du Congrès sur les responsabilités politiques dans la tragédie de l'ARA San Juan (18.07.2019)

Le document répartit les responsabilités entre le ministre Oscar Aguad, le président Mauricio Macri et l'ancien commandement de la Marine, dirigé par l'amiral Marcelo Srur, accusé de "dissimulation d'informations" et de "sous-estimation de l'incident". Le ministre de la Défense dit qu'il n'a pas su gérer la crise et le président s'interroge sur son "faible niveau d'implication".

Le rapport final de la Commission Bicamérale du Congrès qui a enquêté sur la tragédie de l'ARA San Juan et sa recherche ultérieure par l'État est lapidaire. Surtout en ce qui concerne la participation des hauts responsables de la marine pendant les heures où le commandant du sous-marin a annoncé qu'un incendie s'était déclaré sur le navire et les décisions qu'ils ont pris pendant l'urgence de la situation et les jours suivants. Là, il s'agit même d'"arrogance" de certains hauts responsables de la marine.

"Il est évident que les autorités maritimes ont sous-estimé la gravité de l'incident, ce qui n'a pas permis de définir un jugement sain pour la nécessité de coordonner le soutien au sous-marin sinistré", indique le document auquel Infobae a pu accéder de manière exclusive.

Le texte souligne également la forte lutte "interne" qui existait dans la marine. Ils le font de manière crue et balancent les noms et prénoms. "Les positions et les contestations internes de certaines décisions entre le quartier général de la Marine en charge de l'amiral Marcelo Srur et le chef du commandement de la formation et de l’enrôlement, le contre-amiral Luis López Mazzeo, ont atteint un point tel que les décisions prises par le premier ont motivé une présentation collective de mise à la retraite, chose sans précédent depuis le rétablissement de la démocratie à notre époque dans la marine argentine. Cela reflète un manque énorme de leadership et de subordination. "

Comme le signalait déjà Infobae, au sein de la marine argentine, López Mazzeo aspirait à succéder à Srur lorsque celui-ci prendrait sa retraite, mais le naufrage du sous-marin avec ses 44 membres d'équipage a bouleversé ses projets d'avenir.

En ce qui concerne les responsabilités du ministre de la Défense, Oscar Aguad, et des responsables de son ministère, dès la prise de conscience de la perte de contact et des communications avec le sous-marin, les parlementaires ont compris que "l'absence de conduite face à la crise a été mise en évidence, ainsi que la dissimulation des circonstances de la tragédie aux familles des membres de l'équipage et à l'opinion publique ".

"De cette manière, le ministre de la Défense a fait preuve d'une grave irresponsabilité fonctionnelle dans les circonstances entourant la tragédie (...) pendant la situation d'urgence et de crise provoquée par la disparition du sous-marin et notamment dans les instances qui ont suivi la clôture de l'affaire SAR - recherche et sauvetage. Les autorités politiques se sont précipitées, laissant la marine à la tête de la gestion de la crise, ignorant la supervision et le contrôle de la gestion des opérations par rapport à celle-ci, ainsi que la communication et les relations avec les familles et la société argentine."

Le rapport met également en question Mauricio Macri. C'est fait à la page 74 (et il y en a 171) où il est dit : "En tant que chef de l'État, le Président de la nation, en tant que commandant en chef de l'armée, a fait preuve d'un faible niveau d'implication dans tout ce qui a trait à la tragédie. Il a maintenu le ministre en fonction après les faits et les résultats contestables. Les rares occasions dans lesquelles il a été associé à la question l'ont été de manière superficielle, sans jamais exercer son commandement sur la force et souvent en démontrant un manque d'empathie envers les familles des membres d'équipage."

"Avec Jésus dans la bouche"

Tout en soulignant sa faible ascendance envers les familles et les "retards" dans l'embauche d’un navire spécialisé pour trouver le sous-marin dans les profondeurs glaciales, les députés et les sénateurs ont rappelé : "le ministre Aguad a affirmé dans sa première déclaration publique devant la Commission que
'chaque jour, les trois armes, qui ont des avions, qui ont des bateaux, chaque jour, ils doivent sortir pour s’entraîner avec des éléments qui sont très anciens et tous les jours avec le Jésus dans la bouche en priant pour qu’il ne se passe rien. Vous comprenez ce que je vous dis ? Et le sous-marin était l’arme la plus moderne de la marine argentine, nous avons des navires... Ce qui se passe, c’est que je ne peux pas vous donner l’information parce que c’est une information militaire secrète. Je ne peux même pas décrire ce que nous avons, mais c'est la réalité qui doit malheureusement être résolue. "

Ils ont également souligné qu'Aguad "était au courant des rapports sur l'état de la flotte en général, de la réalisation des opérations en particulier. La responsabilité politique de l'incident en question ne peut être écartée, compte tenu de ses connaissances spécifiques".

Le manque d'investissement dans les forces armées et les mauvaises conditions des navires qui ont conduit à des compressions budgétaires ont également été l'un des problèmes soulevés dans le rapport final. "Nul doute que le manque de budget place le marin devant une situation où il peut choisir entre remplir sa mission, même s'il n'a pas toutes les garanties des biens qu'il conduit, ou rester à terre." Cela conduit à une mauvaise évaluation de l'état du matériel, des risques qui pourraient se présenter et de l'influence de la vocation à naviguer. Les longues périodes de non-utilisation des navires en réparation rendent difficile l'instruction et omettent les étapes de formation indispensables aux postes de commandement".

"De l'analyse de ce dernier aspect", a été souligné, "nous notons que la majorité du personnel -watch- n'a pas compté en moyenne et avec la continuité souhaitée du niveau de formation minimum indispensable à leur activité, à l'exception de l'année 2017. Si bien en cette dernière année le nombre de jours de navigation permettrait d'établir le niveau de formation entre minimum et acceptable, cela ne remplace en aucun cas le manque d'expérience du produit des équipages de nombreuses années sans atteindre les niveaux minimums ", ont déclaré les députés les sénateurs.

Le rapport précise également que l’on ne peut pas affirmer que cette absence d’entretien est à l’origine de la tragédie. De même que les réparations à mi-vie effectuées sous le gouvernement précédent, les débris du sous-marin, par exemple, ont montré que les soudures de la coque "avaient résisté".

Oui, par contre, l’entrée d’eau de mer dans le secteur des batteries, qui a provoqué un court-circuit et un incendie résultant de la concentration en hydrogène. Ce sont les experts, qui ne sont pas encore nommés dans l'affaire judiciaire par la juge fédérale de Caleta Olivia, Marta Yáñez, qui devront déterminer les raisons de cette situation. Le rapport contient plusieurs hypothèses, mais l'important sera réglé dans le cadre de l'affaire pénale, car seule la magistrature peut définir des peines si elle trouve des responsables.
Jusqu'à présent, Yáñez n’a inculpé personne, qu’il soit civil ou militaire. Peut-être que le rapport final de la Bicamérale accélérera certains moments.

"L'information était cachée"

Les contradictions commises par l'ancien chef de la Marine devant les parlementaires ont également été exposées dans le document : "L'amiral Srur a déclaré qu'il n'aurait pas permis au sous-marin de sortir s'il avait connu son état", il a fait référence au fait que l'ARA San Juan était en état de navigation, mais pas «seul» - c’est-à-dire qu’il devait le faire avec des navires d’accompagnement à la surface. Cela implique a priori une grande ignorance, compte tenu de l’intervalle entre ses deux manifestations ".

Les membres de la Bicamérale ont également précisé que "l'amiral a également affirmé qu'il s'était opposé à ce que les sous-marins participent à des patrouilles de pêche, mais qu'il pouvait vérifier si sa directive était respectée ou non. En outre, il reflète une méconnaissance de l'utilisation du sous-marin, qui avait déjà participé à des opérations de contrôle de la pêche illégale au cours des années précédentes, comme le prévoit la doctrine en vigueur."

L'ancien chef d'état-major de la marine, qu'ils critiquent, entre autres, est également vivement critiqué parce qu'il "a délibérément privé les autorités civiles d'informations essentielles pour une évaluation correcte de la situation, comme le début d'incendie qui avait frappé le sous-marin dans un endroit extrêmement sensible comme le compartiment de batteries du navire".

Et pas que ça. De Srur ils s’assurent également que "en principe, il n’a pas pris la situation dans sa véritable dimension et n’a pas pris les mesures qui s’y rapportent. De même, au cours de l’opération de recherche, il a gardé des informations importantes et n’a pas géré de manière adéquate les relations avec les familles des membres de l’équipage. Il a conservé des informations sensibles en sa possession, empêchant par cette attitude des suggestions d’action qui méritaient l’adoption de différents tempéraments, et il a refusé d’informer les familles de ce qui s'était passé depuis le début".

Mais au sujet des retards et de la dissimulation d'informations, les députés et sénateurs de l'opposition sont allés encore plus loin en précisant que "ce comportement répréhensible comprend également l'ensemble des autorités navales, qui en ayant eu connaissance, n'ont pas averti le secrétaire à la stratégie et aux affaires militaires - Horacio Aldo Chighizola - lorsqu'il s'est rendu au bâtiment Libertad (le QG de la Marine) le 17 novembre 2017."

C'est tellement vrai que, selon les documents en possession de ce média, le fonctionnaire, qui était responsable de la région parce que Aguad était au Canada en réunion des ministres de la Défense, n'a été informé de la disparition du navire que le 16 novembre, vers 22 heures.

Le sous-marin a fait sa dernière communication le matin du 15 novembre et il a été victime d'un premier incendie la nuit précédente, raison pour laquelle, le 17, à cinq heures du matin, Chighizola s'est retrouvé dans le bâtiment Libertad et a demandé la présence de l'ensemble de l'état-major de la marine. C'est lors de cette première réunion d'urgence que les hauts responsables du commandement de la marine ont gardé des informations sensibles et ont ignoré de parler de l'incendie à bord de l'ARA San Juan.

Les dangers "internes" de la marine

Les députés et les sénateurs, de la majorité - les quatre partis au pouvoir ont signé en dissidence - n'ont pas épargné les reproches contre l'ancien commandant de la Force des sous-marines, Claudio Villamide, à qui le ministre Aguad vient de demander la retraite - et le commandant de l'Entraînement et de l'Enrolment, Lopez Mazzeo, les responsables de la zone sous-marine.

Et de plus, ils tiennent Villamide responsable parce qu'il n'a jamais ordonné au commandant de l'ARA San Juan, Pedro Fernández, de "revenir à la surface malgré le début d'incendie porté à sa connaissance". À son sujet, et sur Srur, ils prétendent même qu'ils ont sous-estimé "la gravité de l'incident, ce qui n'a pas permis d'avoir un jugement sain de la nécessité de coordonner le soutien au sous-marin sinistré".

Dans cette optique, il a été élargi : "Aucun des camps de conduite n'a tenu compte d'un précédent extrêmement grave, l'incendie de batteries par l’entrée d'eau par le balcon des barres, subi au port par le même sous-marin (en 1995) et où il a fallu plus de 27 heures pour éteindre l'incendie en raison de rebondissements continuels, laissant la ville de Mar del Plata pratiquement sans extincteurs (....) Ici, nous comprenons que la Marine doit assumer une plus grande responsabilité dans la prise de décisions préventives afin d'éviter la catastrophe maritime."

Selon les parlementaires dans le document final de la Commission Bicamérale, "le maximum de cette situation a été confirmé dans le témoignage de l'ancien vice-amiral de l'état-major, le vice-amiral Miguel Ángel Máscolo, qui, en réponse à une question, a exprimé que les décisions opérationnelles de la marine ne s'appliquaient pas à lui parce que cela ne faisait pas partie de sa responsabilité, alors qu'il était responsable de la Marine en raison de l'absence du pays du responsable de celle-ci. "

Il se trouve que, comme l'a déjà rapporté ce média, l'amiral Srur, durant la plus grave crise de la Marine en temps de paix, recevait une décoration en Uruguay, ce qui signifie que, comme Aguad, il n'était pas non plus dans le pays.

Grâce aux témoignages recueillis par les députés et les sénateurs, ils ont pu établir certaines manœuvres de l'ancien chef de la marine, qui, à leur avis, sont très contestables. Par exemple, ils soulignent que le 17 novembre, c'est-à-dire 48 heures après la disparition de l'ARA San Juan, "lorsque le capitaine Hector Aníbal Alonso - chef d'état-major de la Force des sous-marins - a transmis les informations sur le début de l'incendie qui s'est produit avant la disparition aux autorités du ministère de la Défense, il a reçu un blâme verbal de l'amiral Srur pour avoir fourni l'intégralité de l'information aux civils".

C'est l'une des raisons pour lesquelles la plupart des membres de la Bicamérale ont déclaré que "la responsabilité première a été de sous-estimer la situation par le Chef des opérations du Commandement de la Force sous-marine, le Chef d'état-major du Commandement de la Force sous-marine, le Commandant de la Force sous-marine et le Commandant de la formation et de l'enrôlement de la marine, et que cette chaîne s'étend ensuite au Vice-amiral de l'infanterie de Marine, Miguel Ángel Máscolo, et avec une responsabilité accrue, même au commandant de la Marine, l'amiral Srur, pour sa mauvaise gestion de la crise".

Le rapport final a également souligné que "les preuves sont apparues au sein de la marine, montrant un manque de cohésion et d'intérêts personnels sur le collectif. Nous avons vu des supérieurs qui ont déclaré ne pas connaître l'état du sous-marin et d'autres, la grande majorité, normalisant la prise en charge des risques de manière naturelle. Les personnes mentionnées ci-dessus ont même conduit à des malentendus dans la gestion des informations qui pouvaient être obtenues au cours des événements, par des voies officielles ou non officielles. Nous notons que, dans certains cas, les données de renseignement détenues par certains éléments ont été réduites à néant et que le chef d'état-major général de la marine les a rejetées. Au cours de la présente enquête, certains membres ont constaté une forte dose d’arrogance qui n'avait pas de rapport avec la même dose d’aptitude face à la crise ".

Signatures dissidentes

L’enquête de la Commission bicamérale avait pour but, dès ses origines, de délimiter les "responsabilités politiques" de la tragédie, mais pas les responsabilités pénales, qui sont tranchées par la juge Marta Yáñez. Pour cette raison, le rapport final soulignait que le ministre de la Défense était la plus haute autorité en la matière, car les forces armées dépendaient de lui.

Tout le monde n’est pas d’accord avec cette position ou avec les critiques d’Aguad et du président Macri. Ainsi, le sénateur Esteban Bullrich, les députés Guillermo Montenegro et Luis Alfonso Petri ont signé en dissidence.

Les sénatrices Olga Ines Brizuela et Doria n'étaient pas présentes mardi, le jour de la signature, mais elles ont déjà annoncé qu'elles apposeraient également la signature de leurs collègues favorables au gouvernement. Leurs opinions divergentes reposent sur le fait que, par exemple, "l’utilisation de moyens militaires en temps de paix, comme cela a été le cas pour le sous-marin ARA San Juan, constitue une responsabilité exclusive des chefs d’état-major des forces armées; ledit organe détient "le contrôle fonctionnel sur les forces armées, avec le pouvoir d'émettre des ordres, pouvant disposer de tels moyens pour l'accomplissement des missions confiées dans le cadre de la planification stratégique militaire", ce pour quoi il dispose de l'assistance requise du commandement opérationnel des forces armées ". C'est-à-dire qu'ils séparent le ministre Aguad de l'incident tragique et ne mettent l'accent que sur les ordres supérieurs de la marine.

Sur Mauricio Macri, ils soutiennent que "bien qu’il ne le fasse pas directement, le président de la Nation participe aux activités logistiques des forces armées, qui fonctionnent dans ce qui nous intéresse ici, à travers l’élaboration du projet de budget qui doit être soumis annuellement à l'examen de l'honorable Congrès de la Nation pour son approbation, bien que son exécution reste à la tête de l'état-major général de la marine ", c'est-à-dire dans le cas présent de l'amiral Srur.

Parmi les autres arguments, les parlementaires du parti au pouvoir comprennent que "le sous-marin ARA San Juan patrouillait sur la côte maritime dans le cadre de sa route du port d'Ushuaia vers Mar del Plata. Cette activité constitue, par définition, une opération militaire et sa direction, son contrôle et sa supervision étaient à la tête des chefs d'état-major des forces armées - sous la responsabilité du lieutenant général Bari del Valle SOSA - ".

L'hommage aux 44 membres d'équipage

Le rapport final de la Commission Bicamérale s'ouvre avec les noms, prénoms et grades militaires de chacun des membres de l'équipage du sous-marin qui a sombré et qui a été retrouvé le 17 novembre 2018 à plus de 900 mètres de profondeur. C'était un hommage aux militaires tués en temps de paix alors qu'ils patrouillaient dans la mer d'Argentine pour protéger les intérêts maritimes de notre pays.

L'épilogue du document l'est aussi et dit : "L'une des plus grandes tragédies de l'histoire maritime de l'Argentine a endeuillé la nation, emportant 44 héros dévoués qui faisaient leur devoir. Il est du devoir de l'État non seulement de leur rendre hommage, mais aussi de bien contenir leurs familles pour la perte irrémédiable. Chester Nimitz (probablement avec le général George Patton, l'un des militaires qui a le plus contribué à la victoire des Etats-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale) a prononcé une phrase très applicable à l'heure actuelle, en parlant des pertes au cours de son commandement : "Ils se sont battus ensemble comme des compagnons d'armes, ils sont morts ensemble et dorment maintenant côte à côte. Nous avons une obligation solennelle de veiller à ce que leur sacrifice contribue à rendre ce monde meilleur et plus sûr dans lequel vivre." Notre devoir moral est de rappeler avec dévouement ceux qui continuent à patrouiller spirituellement aux confins de notre patrie et de prendre les mesures nécessaires pour que cette tragédie ne se reproduise plus".

Source : infobae.com

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 001_0010
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
olivier

Nombre de messages : 42685
Age : 51
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1)   Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 EmptyVen 19 Juil 2019 - 20:48

https://twitter.com/infobae/status/1152202679806046209

traduction google de l'article :

Citation :
Esteban Bullrich a exonéré Aguad pour le naufrage de l'ARA San Juan et a pointé du doigt l'ancien chef de la marine pour avoir caché des informations. (19.07.2019)

Le sénateur et membre de la Commission Bicamérale, qui a rédigé le rapport final sur la tragédie du sous-marin, a souligné la responsabilité de l'ancien commandant Marcelo Srur : "L'incendie a été sous-estimé"

Esteban Bullrich a exonéré Aguad pour le naufrage de l'ARA San Juan et a visé l'ancien chef de la marine pour avoir caché des informations. Le sénateur et membre de la Commission Bicamérale, qui a préparé le rapport final sur la tragédie du sous-marin, a souligné la responsabilité de l'ancien commandant Marcelo Srur: "l'incendie a été sous-estimé"

Le rapport final de la Bicamérale sur le naufrage du sous-marin ARA San Juan, révélé ce jeudi, a souligné les "responsabilités partagées" des hauts responsables de la marine et a reproché au ministère de la Défense "une gestion inadéquate de la situation d'urgence pendant les heures critiques" qui ont suivi la disparition du navire.

Le sénateur et membre de la commission d'enquête, Esteban Bullrich, a exonéré Oscar Aguad pour le naufrage du sous-marin et a visé directement l'ancien chef de la marine pour avoir dissimulé des informations.

"Après le rapport, il y a deux positions, nous avons exprimé notre désaccord parce que nous pensons qu'un des problèmes est que les autorités navales n'ont pas bien géré la situation et ont caché des informations importantes aux civils, c'est la différence que nous avons avec l'opposition", a expliqué Bullrich.

Les membres de la Bicamérale ont affirmé dans leur rapport final de 170 pages que l'origine du naufrage était "une faute commise le 14 novembre 2017 à 23h42 par l'entrée de l'eau de mer dans le système de ventilation "qui" a déclenché un incendie sur le balcon du réservoir de batteries numéro 3 ".

Selon le récit dans lequel 50 000 témoignages ont été recueillis, cet incendie a été à l'origine de "l'implosion" de l'ARA San Juan, retrouvé à 900 mètres de profondeur un an après son naufrage.

Bullrich l'a décrit ainsi: "Ce qui s'est passé, c'est qu'il y a eu un incendie le 14 novembre 2017, de nuit, dans l'ARA San Juan. Cet incendie a été dit comme contrôlé, mais l'hypothèse la plus probable est qu'il n'a pas été maîtrisé. Le sous-marin, ne remontant pas à la surface et n'ayant pas de contact avec l'air, a commencé à accumuler de l'hydrogène. Cette accumulation a fini par exploser et à désactiver le sous-marin et l'équipage, qui a commencé à couler jusqu'à ce qu'il atteigne 700 mètres de profondeur où il a finalement implosé. C'est ce que disent les experts."

"Nous pensons qu'il y a eu une mauvaise gestion de la crise. L'incendie, à l'intérieur de l'ARA San Juan, a d'abord été sous-estimé par la première ligne de la marine; et deuxièmement, l'incendie a été caché aux autorités civiles", a-t-il déclaré dans une interview sur radio La Red.

Selon le sénateur, cet incendie a été sous-estimé par tous les hauts responsables de la marine. "L'amiral (Marcelo) Srur était chargé d'informer le ministre de la Défense", a-t-il déclaré.

"Pour nous, Aguad n'a pas de responsabilité, mais je pense qu'une culture de l'utilisation d'équipements qui n'est pas au maximum a été normalisée dans toutes les forces armées. Nous avons eu des pilotes tués par des avions en panne. Nous devons revoir toutes les procédures et la culture du "fil rouge", a-t-il ajouté.

Bullrich a expliqué que le rapport n'était pas contraignant, mais a demandé de passer en revue "sans idéologie" le rôle des forces armées dans notre pays. "Nous pensons que les actifs argentins tels que la mer ont un rôle important et stratégique à jouer, mais qu'un bon équipement de contrôle est nécessaire, au-delà de la couleur politique."

"Je pense qu'il existait une vision très idéologique de la part du gouvernement précédent, qui a conduit, par exemple, à ce que la modernisation à mi-vie de l'ARA San Juan prenne neuf ans au lieu de deux ans et demi comme partout dans le monde. Le transfert des connaissances et de l'expérience de génération en génération a été interrompu pendant cette période et cela a également créé un problème dans la formation des équipages des sous-marins", a-t-il conclu.

Source : infobae.com

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 001_0010
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
olivier

Nombre de messages : 42685
Age : 51
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1)   Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 EmptyVen 19 Juil 2019 - 21:30

https://twitter.com/elintransigente/status/1152290701989830658

traduction google de l'article :

Citation :
Luis Tagliapietra "Voter en dissidence la responsabilité de Macri et Aguad est dénué de fondement" (19.07.2019)

Cela ce qu'a exprimé dans une interview, avec El Intransigente, le père de l'un des 44 membres d'équipage de l'ARA San Juan.

Luis Tagliapietra est un plaignant dans l'affaire judiciaire qui enquête sur la disparition du sous-marin ARA San Juan et père de l'un des 44 membres d'équipage. Dans un entretien exclusif avec El Intransigente, il a parlé du rapport final publié il y a quelques jours sur la tragédie qui a frappé et choqué tout le pays.

"C'est une bouffée d'air frais parmi tant de pourriture que j'ai pu lire. En fait, j'ai failli ne pas dormir la nuit dernière, la vérité est très bonne, très claire, et correspond à ce que le test indique." Il a précisé qu'il "aurait peut-être ajouté certaines choses, d'autres l'auraient dit différemment, mais en général c'est clair et fort".

Il a également évoqué la décision du gouvernement de voter en dissidence sur la responsabilité de Mauricio Macri et Oscar Aguad. "Cela n'a aucun fondement et va à l'encontre de ce que dit le reste du rapport et de la preuve, ce qui ne me semble pas être une mauvaise chose, simplement une expression politique partisane qui était prévisible et rien d'autre", a-t-il ajouté.

Tagliapietra a déclaré qu '"il y a des fautes graves qui sont des crimes parce que nous parlons de personnel qualifié, les chefs du commandement de la force sous-marine sont des marins avec plus de 20 ans de carrière et où ils reçoivent des mémorandums internes tout le temps, des divergences et des circonstances qui affectent les membres d'équipage. "

Dans le cadre d'un dialogue avec El Intransigente, il a été demandé : "Comment pouvaient-ils penser qu'eux-mêmes seraient en mesure de résoudre cette situation, et les ont laissés seuls, les ont abandonnés, mais l'abandon est venu bien avant parce que la marine elle-même a réalisé l'état dans lequel se trouvait le sous-marin, avec des problèmes techniques, un manque d'entretien."

Il a estimé que "cela les place dans une situation de meurtre avec malice en conjonction avec de nombreux autres crimes, allant de l'abandon de personnes à l'association illégale, parce qu'il faudra voir ce qu'ils ont fait des crédits budgétaires et des crédits d'entretien, même s'ils sont peu nombreux, et que d'autres infractions peuvent certainement apparaître dans l'approfondissement de l'enquête".

Enfin, il a analysé le rôle de la justice dans cette affaire. "Le peu qu'a fait la juge, ce sont des bombes fumigènes pour réaliser qu'elle fait quelque chose mais qu'elle ne va nulle part, nous l'avons dénoncée, nous l'avons récusée et nous lui avons demandé son jugement politique parce qu'il y a clairement eu un pacte pour que rien ne se passe", a-t-il conclu.

Source : elintransigente.com

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 001_0010
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
PAUL
Maître Principal chef
Maître Principal chef
PAUL

Nombre de messages : 373
Age : 73
Localisation : Esneux
Date d'inscription : 21/12/2009

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1)   Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 EmptyVen 19 Juil 2019 - 22:04

C’est d’une clarté aveuglante : il suffit de placer la photo de cet Esteban Bullrich entre celles d’Aguad et de Macri pour piger la manœuvre.

Sont tous les 3 sortis du même moule et leur intérêt commun est de reporter le plus de responsabilité possible sur Srur - une cible facile - afin qu’on écarte ou minimise la leur.

Moi, ça me révolte, ces trois-là sont immondes.

Si l’armée argentine dans son ensemble est composée de sur-galonnés qui paradent à la tête d’une armée en décomposition, c’est pourtant bien à cause de ces gens-là et de ceux qui les ont précédés.

Et cette armée, ce n’est pas demain la veille du jour où elle retrouvera un brin de prestige et de fierté.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier MONEL
Amiral
Amiral
Xavier MONEL

Nombre de messages : 4535
Age : 77
Localisation : 01480 MESSIMY SUR SAÔNE
Date d'inscription : 23/07/2013

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1)   Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 EmptySam 20 Juil 2019 - 10:20

Bonjour Paul.

super ; j'agrée.
Amitiés.

Xavier
Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
olivier

Nombre de messages : 42685
Age : 51
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1)   Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 EmptySam 20 Juil 2019 - 11:11

Salut à vous deux, j'agrée moi aussi jap

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 001_0010
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
olivier

Nombre de messages : 42685
Age : 51
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1)   Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 EmptySam 20 Juil 2019 - 16:30

https://twitter.com/clarincom/status/1152377381744779265

traduction google de l'article :

Citation :
ARA San Juan: un expert américain a suggéré que le naufrage était dû à une tentative de reconnecter les batteries (19.07.2019)

Bruce Rule, un analyste de l'US Navy, a estimé dans un rapport confidentiel que cette tentative avait libéré de l'hydrogène qui a ensuite provoqué l'explosion et le naufrage du navire.

L'expert en acoustique marine de l'US Navy, Bruce Rule, a suggéré l'hypothèse que l'équipage du San Juan "en examinant les dégâts et en essayant de les réparer dans les batteries d'étrave, aurait pu être à l'origine de la succession d'événements qui ont provoqué l'explosion d'hydrogène et le naufrage qui a suivi ". Deuxièmement, l'analyse qui avait présenté le premier scénario de la cause du naufrage avait été envoyé à la marine argentine le 28 juin 2019, et Clarin y a eu accès via des sources militaires.

Bruce Rule, l'expert en acoustique marine de l'US Navy, a suggéré que l'équipage du San Juan, en "examinant les dégâts et en essayant de les réparer dans les batteries d'avant, aurait pu être la cause de la succession d'événements qui ont provoqué l'explosion d'hydrogène et le naufrage qui a suivi". Dans son deuxième rapport, l’analyste chargé de la première hypothèse de l’affaire du naufrage a été envoyé à la marine argentine, en date du 28 juin 2019, et Clairin y a accédé via des sources militaires.

Il s'agit d'un analyste privé qui travaille pour la marine américaine et qui est expert en accidents sous-marins et en événements acoustiques. C'est le premier à avoir parlé, trois jours après la tragédie, d'une explosion dans un rapport que le chef du Commandement Sud des États-Unis a envoyé à la marine. Sa contribution a été importante et une partie de l'opération de sauvetage du San Juan a été effectuée sur la base de son analyse. Le navire Ocean Infinity a utilisé le premier rapport de Bruce Rule, entre autres sources, pour aller sur le site du naufrage et trouver le San Juan.

Quoi qu'il en soit, la décision quant à l'existence ou non de responsabilités pénales dans l'accident sera prise par la juge fédérale de Caleta Olivia, Marta Yañez, qui a demandé au gouvernement de faire appel à des experts français et américains pour analyser les rapports fournis par la marine afin d'avoir une vision indépendante de la marine locale.

Tout le monde convient qu'il y a eu un incendie dans les batteries d'étrave du navire en raison de l'entrée d'eau de mer, un contact qui a produit de l'hydrogène qui a intoxiqué l'équipage, mais on ignore comment l'origine de cet accident s'est produite. On sait également que le 13 novembre, le San Juan était dans l’Atlantique Sud au milieu d’une forte tempête naviguant seul sur ses batteries de poupe, et que le capitaine Pedro Fernández a rapporté qu'il allait quitter la surface jusqu'au "plan profond" là où les sous-marins naviguent le mieux dans ces circonstances.

Le rapport de la Commission Bicamérale du Congrès, connu ce jeudi, n'a pas tenu compte de l'avis de cet expert américain, tant le premier que le second, selon des sources militaires. La majorité des législateurs de l'opposition ont blâmé le gouvernement et les hauts responsables de la Marine pour le naufrage qui a coûté la vie à 44 héros le 14 novembre 2017.

Dans le rapport de la Commission Bicamérale, il est expliqué que "les experts ont indiqué qu'une explosion aurait pu se produire lorsque le couvercle d'entrée sur le balcon de batteries, où la production excessive d'hydrogène, en raison du début de l'incendie, en se libérant, aurait entraîné une explosion qui aurait rendu l'équipage incapable de réagir. " Et ajoute le rapport des législateurs: "Une autre possibilité est qu'en arrivant au niveau profond, pour vérifier les dégâts, le début d'incendie n'était pas complètement maîtrisé et le retrait du couvercle a provoqué l'explosion, qui a immédiatement rendu inapte le personnel de commandement du navire, les envoyant irrémédiablement vers les profondeurs abyssales."

Comme nous ne pouvons pas accéder à l'épave du San Juan à cause de la profondeur à laquelle elle se trouve, les experts discutent de la nature de l'explosion et de la possibilité que quelqu'un a essayé de reconnecter les batteries d'étrave dans le plan profond.

Dans le rapport de Rule, il est indiqué que "les évaluations des causes du naufrage de l'ARA San Juan doivent se fonder sur des informations exactes et des conclusions logiques tirées de ces informations.

"Il est inutile de spéculer et de conjecturer sur d'autres actions possibles qui auraient pu être adoptées, telles que continuer à la surface et supposer qu'elles auraient pu avoir un autre résultat, car il existe des variables d'incidence inconnue pour assurer que rester à la surface pendant la tempête aurait assuré l'arrivée à Mar del Plata ", a-t-il ajouté.

En particulier, l'expert "souligne que le sous-marin USS Scorpion, qui a eu en 1969 un accident similaire à celui de l'ARA San Juan, a eu une explosion d'hydrogène à la profondeur de plongée au snorkel". C'est-à-dire quand ils sortent le snorkel pour prendre l'air.

Plus tard, l'expert "fait valoir qu'une explosion, vers 10h30 du matin, produite par la batterie avant, semblable à celle survenue sur le USS Scorpion, avait tué ou rendu paralysé l'équipage du San Juan, empêchant toute mesure d'urgence pour sauver le navire. Cette explosion n'a pas endommagé la coque résistante. "

Ensuite, le "navire a continué à couler, probablement à une vitesse similaire à celle de l'USS Scorpion, à 1,1 m/s, jusqu'à ce qu'il implose à 10h52, libérant une énergie équivalente à 5216 kg de TNT, détectable par les capteurs du CBTO à 7730 km ". L'Organisation du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (CTBTO) dispose d'un réseau de sonars à des points-clés afin de détecter les essais nucléaires et ce sont ces capteurs qui ont enregistré l'explosion du San Juan.

Faisant le calcul inverse du soi-disant taux de chute, Rule "estime l'heure de l'explosion d'hydrogène vers 10h30. L'estimation de la profondeur de l'implosion est basée sur la fréquence de 4,68 Hz obtenue par le CTBTO ".

Selon les manuels de procédure en vigueur pour les sous-marins de la marine argentine, l'accès au local doit être effectué pour vérifier les dommages et étouffer complètement les accidents de navigation. C'est précisément ce que le Commandant du San Juan a déclaré qu'il ferait "aller en profondeur et accéder au balcon de batteries de proue pour vérifier les dégâts". En revanche, il y a quelques années, les États-Unis, sur la base de l'expérience du Scorpion, ont interdit d'ouvrir les balcons de batteries pendant la navigation pour éviter les fuites d'hydrogène.

Rule ajoute alors que "cette action - vérifier les dégâts et tenter de les réparer - aurait pu être à l'origine de la succession d'événements qui ont provoqué l'explosion d'hydrogène et le naufrage ultérieur du San Juan". Le fait de descendre sur le balcon de batteries est une opération très risquée et de les reconnecter encore plus.

Plus loin, il estime que "l’incapacité de l’équipage du sous-marin à émerger, communiquer ou libérer la radiobalise indique qu'un événement soudain et mortel est arrivé. Cet événement, comme indiqué ci-dessus, aurait pu être l'explosion d'hydrogène, provoquée par le gaz de la batterie affectée ".

Dans une autre partie de son rapport, il est indiqué que "l'onde de choc de cette explosion a traversé l'intérieur du sous-marin en 30 millisecondes, soit un temps plus court que le seuil humain (80/100 ms) nécessaire pour reconnaître un événement", c'est-à-dire que les membres de l'équipage n'ont pas perçu qu'ils mouraient.

Source : clarin.com

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 001_0010
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
olivier

Nombre de messages : 42685
Age : 51
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1)   Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 EmptyMar 23 Juil 2019 - 20:47

https://twitter.com/24conurbano/status/1153693754307428353

traduction google de l'article :

Citation :
Que dit le rapport final de l'ARA San Juan sur Macri (15.07.2019)

La responsabilité du gouvernement dans la tragédie et le "faible niveau d'implication" de Macri aux côtés des victimes sont au centre du rapport final de la Commission d'enquête Bicamérale.

Dans la semaine qu'il a évoquée à l'occasion de la Journée de l'Ami, le Président a fait de son mieux pour combler un vide créé par les groupes de discussion officiels : son empathie absente ou insuffisante selon le secteur qui est consulté. "Absence d'empathie" est exactement l'expression utilisée par la commission d'enquête Bicamérale dans son rapport final pour définir l'attitude de Mauricio Macri à l'égard des familles des 44 victimes du sous-marin "ARA San Juan". C'est un problème d'État parce qu'il s'agit du commandant en chef de l'armée. Et une faiblesse électorale parce qu'elle affecte le candidat qui veut être réélu dans un scénario polarisé.

L'Académie royale espagnole définit "l'empathie" comme "la capacité à s'identifier à quelqu'un et à partager ses sentiments". Après 16 mois de travail, 55 réunions, 80 mesures d’évaluation des preuves et 47 témoignages, le résultat de la Bicamérale a été un rapport de 6 900 pages indiquant : "Le Président de la Nation, en tant que Commandant en chef des Arrmées, a fait preuve d'une faible implication dans tout ce qui a trait à la tragédie. Il a maintenu le ministre en fonction après les faits et les résultats contestables. Les rares occasions dans lesquelles il a été associé à la question l'ont été de manière superficielle, sans jamais exercer son Commandement ni son Commandement sur la force et souvent en démontrant un manque d'empathie envers les familles des membres d'équipage." Cette attitude contraste, selon le rapport, avec la réceptivité des familles au Congrès après le naufrage du 15 novembre 2017. Déjà en décembre, ils avaient été reçus "par des membres de presque tous les blocs législatifs". C'est ainsi que l'on a pris l'initiative de créer la Commission d'enquête, qui a été mise en place par le péroniste Mendoza Guillermo Carmona.

Comme on le sait, les quatre législateurs officiels ont signé en désaccord (en dissidence) les chapitres sur les responsabilités politiques, à commencer par celui du président. Mais dans certains cas, les différences sont allées plus loin. D'après le récit des membres de la Commission à la Page 12, le plus dur a été joué par le sénateur et ancien ministre de l’éducation Esteban Bullrich. "Et vous avez tout volé !", a-t-il dit comme chaque argument contre. Le problème du "vous", c'est que Carmona peut être considéré comme kirchnériste, mais il n'en va pas de même, par exemple, avec le président de la Commission José Anatolio Ojeda. Il n'était pas non plus un sympathisant des gouvernements de Néstor Kirchner et Cristina Fernández de Kirchner, une autre membre de la Bicamérale, Magdalena Odarda. Il était alors à la Coalition Civique d'Elisa Carrió.

Dans le cadre du Cambiemos, le député PRO et ancien juge Guillermo Montenegro a signé en désaccord avec Esteban Bullrich. Lors des débats finaux sur la rédaction, il a défendu son gouvernement mais n'a pas été confronté à des attaques. Les législateurs de l'opposition ont admis que la bonne volonté du Monténégro était au départ la clé de la formation de la Bicamérale.

Dans sa défense de Macri, le rapport des dissidents affirme que "le recours à des moyens militaires en temps de paix, comme cela a été le cas pour le sous-marin ARA San Juan ", constitue une responsabilité exclusive des chefs d'état-major des forces armées. "Le président ne participe aux activités de logistique des forces armées" que par le biais de la préparation du budget.

La discussion publique sur ces arguments peut avoir deux points intéressants:

* Le premier est le rôle du chef des chefs d'état-major, Bari del Valle Sosa. Le président et ministre de la Défense, Oscar Aguad, l'ont toujours protégé de la même manière qu’ils font ensemble pour le changement avec Maria Eugenia Vidal: que son nom ne soit jamais collé aux tragédies. C'est ainsi que les responsables consultés se sont abstenus de fournir des données ou des informations à la suite d'une note publiée par ce journal le 27 novembre 2017. L'intitulé du livre était "L'homme le mieux informé du pays" et indiquait que le chef de l'état-major des armées connaissait exactement tous les détails du renseignement et de la logistique des trois forces armées. Par conséquent, avec un mandat présidentiel, cela pourrait favoriser une enquête approfondie sur le sous-marin ou, selon certains secteurs sensibles du ministère de la Défense, torpiller l’enquête. Comme Aguad, Del Valle Sosa est toujours en fonction. Le président ne les a pas fait démissionner, pas même pour délimiter sa propre responsabilité.

* Le deuxième point à examiner est de savoir si la Constitution nationale donne lieu à des doutes ou est taxative. La section 12 de l'article 99, stipule que le Président "est le Commandant en chef de toutes les Forces armées de la Nation". La sous-section 14 indique que le président "dispose des Forces armées et gère son organisation et sa répartition en fonction des besoins de la Nation". Le 9 juillet, Macri était la présence la plus importante du défilé militaire pour l'indépendance. C'est à ce moment-là qu'ont été honorés des officiers carapintadas. Aguad les a décrits comme des acteurs de "fait mineur". Mais leurs rébellions de 1987 à 1991 visaient l'impunité des officiers qui s’étaient chargés d’interroger et de torturer.. Le plus connu fut Ernesto "El Nabo" Barreiro dans le camp de concentration de La Perla à Cordoue.

L'empathie du pouvoir exécutif semble aussi sélective que l'interprétation de la Constitution nationale.

Source : 24con.com

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 001_0010
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
Xavier MONEL
Amiral
Amiral
Xavier MONEL

Nombre de messages : 4535
Age : 77
Localisation : 01480 MESSIMY SUR SAÔNE
Date d'inscription : 23/07/2013

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1)   Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 EmptyMer 24 Juil 2019 - 10:09

Bonjour Olivier.

L'une des thèses initiées par Bruce Rule peut, bel et bien, être la bonne.
En tout cas, chacune d'elles s'avère possible (à mon humble avis).
Ce qui est étonnant ; c'est qu'on (nous) ne les découvre qu'aujourd'hui.
Mais tout cela se révèle très intéressant.
Par contre, tout ce qui touche à la recherche des responsabilités, reste bien nébuleux…
Personnellement ; je pense que cela le restera longtemps, encore.
Tout le monde y a intérêt.
Amitiés.

Xavier
Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
olivier

Nombre de messages : 42685
Age : 51
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1)   Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 EmptyDim 28 Juil 2019 - 23:11

https://twitter.com/infobae/status/1154095904099450880

traduction google de l'article :

Citation :
L'enquête sur le naufrage de l'ARA San Juan est réactivée : ils ont cité l'ancien vice-ministre de la défense et le responsable du renseignement (24.07.2019)

L'affaire, menée par la juge fédérale Marta Yáñez, a retrouvé de l'élan après le rapport de la Commission Bicamérale sur les responsabilités de la tragédie dans laquelle 44 marins sont morts

L'action en justice intentée dans la ville de Caleta Olivia concernant le naufrage du sous-marin ARA San Juan semble avoir repris quelque peu de force après le rapport de la Commission Bicamérale sur les responsabilités politiques de la tragédie.

La juge fédérale Marta Yáñez a appelé à déclarer - après la foire judiciaire - l'ancien numéro deux du ministère de la Défense, Horacio Chighizola ; et dans un fait considéré comme inattendu - mais à la demande de l'une des plaignantes - elle a convoqué le capitaine Daniel Iribarren, chef du Centre d'intégration du renseignement tactique de l'Atlantique au moment de la tragédie du navire.

En outre, une information avancée par Infobae a été confirmée : l'un des responsables de la zone sous-marine, le contre-amiral Luis López Mazzeo, ancien Commandant de l’Enrôlement et de la Formation, a demandé la mise à la retraite, comme l'a exigé le ministre de la Défense Oscar Aguad. En revanche, l'ancien commandant de la Force des sous-marins, le capitaine Claudio Villamide, n'a pas encore fait cela et il est à espérer que s'il "reste dans ses treize" (ne pas changer de poste), il le passera à la retraite de manière obligatoire.

Cet officier, l’un des plus mis en cause dans le rapport signé dans le cadre de la Commission Bicamérale, ccomprend que s'il demandait la retraite, il admettrait une quelconque responsabilité dans le naufrage du navire.

Villamide et López Mazzeo sont les deux marins les plus ciblés dans le rapport parlementaire. "Ils n’ont plus rien à faire dans la marine", a déclaré Aguad, qui a été durement mentionné dans le rapport final de la Bicamerale pour "ne pas savoir comment gérer la crise".

L'affaire Chighizola

L'intérêt de la juge Yáñez d'interroger en tant que témoin l'ancien vice-ministre de la défense, qui était jusqu'à la fin du mois de février secrétaire à la stratégie militaire, est pour qu'il relate - comme il l'a déjà fait devant les parlementaires - le retard pris dans la chaîne de commandement de la marine à informer les autorités politiques sur le manque de communication avec le sous-marin. Sur ce point, les députés et les sénateurs de la commission Bicamérale ont exprimé avec force les atermoiements et la dissimulation d'informations par la marine que dirigeait l'amiral Marcelo Srur.

"Cette conduite répréhensible concerne également toutes les autorités navales qui le savaient - l'incendie du sous-marin - ne l'avait pas fourni au secrétaire à la Stratégie et aux Affaires militaires - Horacio Aldo Chighizola - lorsqu'il s'était rendu dans le bâtiment Libertad le matin du 17 novembre de 2017", souligne le rapport.

Selon les documents en possession de ce média, le responsable qui était alors en charge de la zone - Aguad était au Canada pour une réunion des ministres de la Défense - n'a été informé de la disparition du navire que le 16 novembre dans la nuit, vers 22 heures. Le sous-marin avait effectué sa dernière communication le matin du 15 novembre et avait subi un premier incendie la nuit précédente.

A cinq heures du matin, Chighizola est apparu dans le bâtiment Libertad et a demandé la présence de l'état-major de la marine. Lors de cette première réunion d'urgence, les hauts responsables ont conservé des informations sensibles et ont oublié de parler de l'incendie sur l'ARA San Juan. C'est pourquoi Yáñez demande à l'ancien responsable de signaler cette situation irrégulière devant elle.

Alors que jusqu'à présent, il n'y a pas d'accusés dans cette affaire, la juge, à l'instar des législateurs, désigne également certains commandants de la marine. Quant à Chighizola, il doit comparaître devant le tribunal fédéral de Caleta Olivia le 6 août à 9h30.

L'affaire Iribarren

La déclaration du capitaine de navire Daniel Ernesto Iribarren va dans un autre sens. L'officier était le supérieur direct du caporal Enrique Castillo, un sous-officier du renseignement naval qui se trouvait à bord de l'ARA San Juan au moment de sa disparition; il était le seul des 44 marins qui n'avait pas de préparation en tant que sous-marinier, et au moment où il s'est attaqué - comme l'a dit l'avocate Valeria Carreras dans son affaire - il n'avait même pas suivi le cours de base pour savoir comment agir en cas d'urgence.

C'est pour cette raison que Carreras s'interroge directement tant sur Iribarren que sur l'ancien directeur général du renseignement de la marine, le commodore de Marina Esteban Zembo.

Le 9 octobre 2018, le militaire a reconnu devant la Commission Bicamérale qu'une personne de son équipe se trouvait dans l'ARA San Juan "avec des informations de base" sur les navires qui naviguaient dans la zone affectée à la "patrouille" du sous-marin.

L’une des opérations militaires assignées au navire consistait à effectuer des tâches d’observation, non seulement à l’égard de possibles navires de pêche opérant illégalement dans la zone économique exclusive de l’Argentine, mais également à transmettre la position des aéronefs et des navires de guerre britanniques sous le commandement du "gouvernorat des Malouines".

Cette information révélée par Infobae a été initialement démentie par les autorités nationales, mais elle a finalement été confirmée par les nombreux documents fournis à l'affaire et au Congrès.

"Nous sommes responsables de la formation de notre personnel à toutes les questions opérationnelles de la flotte aéronavale et de l'infanterie navale. C'est pourquoi chaque navire déployé et effectuant une patrouille de contrôle en mer transportait un homme du renseignement, qu'il s'agisse d'une corvette ou d'un sous-marin", a expliqué à l'époque Zembo, qui avait demandé le retrait de la marine en avril 2018. Iribarren a fait de même et est devenu directeur d'une école de sous-officiers.

Aujourd'hui, la juge veut savoir de sa propre bouche quel était le niveau de formation qu'avait Castillo au moment de son embarquement sur le sous-marin et s'il est vrai qu'il a dû le faire du jour au lendemain à cause d'un malaise physique de l'un des membres du renseignement naval qui avait reçu une instruction adéquate.

Castillo était à bord parce que dans l'ordre des opérations (OP) "04/2017", qui contient toutes les étapes de la mission qui a débuté "le 25 octobre et qui comprenait les tâches de renseignement", a rappelé l'avocate Carreras a Infobae.

Or, la juge en charge de l'affaire s'intéressait à des points qui figuraient déjà dans le dossier, mais qui, après le rapport de la Commission Bicamerale, semblent avoir suscité une plus grande valeur à Yanez.

Source : infobae.com

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 001_0010
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
olivier

Nombre de messages : 42685
Age : 51
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1)   Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 EmptyLun 29 Juil 2019 - 0:30

https://twitter.com/infobae/status/1155421891357577216

traduction google de l'article :

Citation :
ARA San Juan la justice met la lumière sur les tâches de "renseignement" effectuées par le sous-marin (28.07.2019)

Le ministère de la Défense a confirmé que le navire effectuait du "renseignement sur les menaces extérieures à la défense nationale".

Les tâches de "renseignement" confiées à l'ARA San Juan lors de ses patrouilles, dont la dernière, dont il n'est jamais revenu, seront l'un des thèmes centraux qui seront abordés par la juge fédérale de Caleta Olivia dans les prochains jours et qui a déjà suscité l'intérêt du ministère de la Défense, dirigé par Oscar Aguad. Jusqu'à présent, cette question sensible n'avait pas été abordée par la justice.

Pourquoi le sous-marin devait-il identifier les fréquences utilisées par d'autres marines, telles que celles du Brésil, du Chili, de l'Uruguay ou de la Royal Navy britannique, stationnées sur les îles Malouines ? Pourquoi du personnel des services de renseignements de la marine embarqué sur le navire de guerre devait-il identifier les "stations" à partir desquelles des messages étaient transmis et reçus, par exemple depuis des navires et des sous-marins brésiliens ou anglais ? Comme cela apparaît dans de la documentation confidentielle à laquelle Infobae a eu un accès exclusif.

La clé réside dans les hypothèses qui existent concernant les menaces externes potentielles sur la souveraineté nationale et la déprédation des ressources naturelles du pays. Deux sujets dont on parle très peu ou que les autorités reconnaissent.

Les hautes autorités nationales ont répondu à chacune de ces questions à une consultation de ce média.

Les doutes de la juge

Pour connaître de près les activités de "renseignement" menées par le navire de guerre naufragé, la juge fédérale de Caleta Olivia, Marta Yañez, a cité à témoigner la juge fédérale de Córdoba, et membre du Tribunal Oral Fédéral n° 2, Maria Noel Costa.

L’avocate avait été désignée par le ministre Aguad pour diriger la puissante Direction nationale du renseignement stratégique du Ministère de la défense (DNIEM). Poste qu’elle a occupé jusqu’en avril de cette année, avant d’être nommée au TOF 2.

Le DNIEM est l’un des trois organismes qui, avec la Direction nationale du renseignement criminel, qui dépend du Ministère de la sécurité et de l’Agence fédérale de renseignement (AFI), constitue le Système national de renseignement.

Cet organisme dans le domaine de la défense nationale est devenu opérationnel en 2004, après la réglementation de la loi sur le renseignement national portant le numéro 25 520.

D'après ce que Infobae a appris de sources judiciaires, la juge Noel Costa devra comparaître devant son homologue Yáñez - membre de rang inférieur puisqu'il s'agit d'un magistrat de première instance - le 8 août prochain, mais elles ont convenu qu'au lieu de se présenter personnellement à Rivadavia 22, lieu où se trouve le bureau de la magistrate, à Caleta Olivia, elle répondrait aux questions par écrit.

Depuis la disparition puis le naufrage de l'ARA San Juan avec ses 44 membres d'équipage, les tâches du prétendu "espionnage", qui, pour le ministère de la Défense, sont du "renseignement" légal, ou de "l'observation", ont été contestées, par exemple, par Valeria Carreras, l'avocate qui intègre la plainte unifiée auprès de Lorena Arias et Fernando Burlando.

Il se trouve que Carreras représente depuis le début du dossier la veuve du caporal Enrique Castillo, l'homme du "renseignement naval" qui était à bord du sous-marin naufragé.

Il est frappant de constater que le rapport final de la Commission Bicamérale n'a pas abordé cette question très sensible et que, lors de la présentation, en hommage, de chacun des 44 membres d'équipage morts, le caporal Enrique Castillo a été présenté comme le responsable de l'"information" et non comme un marin du "renseignement naval".

Les tâches du "renseignement"

En plus d'identifier les navires de pêche étrangers opérant dans la Zone économique exclusive de l'Argentine et de prendre des photos et des vidéos; Castillo et d'autres spécialistes devaient établir les positions des navires et des avions de la Royal Navy, mais aussi les fréquences avec lesquelles ils transmettaient, celle-ci et celles d'autres marines étrangères.

Carreras appelle cela "une partie du secteur responsable de la stratégie et de la guerre acoustique". Dans les informations documentaires dont elle dispose, il est par exemple établi que l'homme du "renseignement" à bord du sous-marin avait un "fichier de fréquence par pays" comme le Brésil. Une série de colonnes incluait la fréquence de transmission, la précision du système concerné, par exemple "Teletipo FUM" ou si l'émission avait été générée par "trafic aérien" et "Teletipo FUM".

Pour un problème de sécurité et de secret militaire, Infobae se réserve les fréquences qui, lors de ses précédentes navigations, étaient ignorées dans des rapports papier élevés au rang de supériorité.

Selon les sources de l'armée argentine, le sous-marin, mais aussi d'autres navires militaires, ont notamment pour mission d'enregistrer les "signatures acoustiques", les "signatures numériques" et les "fréquences" de transmission des marines étrangères.

Il convient de préciser que de très hautes sources du ministère de la Défense ont précisé qu’il s’agissait de "renseignements légaux et protégés par la loi argentine" concernant des sons ou des objets pouvant être identifiés à partir du "territoire national".

Les documents du renseignement détaillent également les bases d'autres nations identifiées, y compris celle de "Rio de Janeiro". Mais aussi des "stations" nommées "BAESPA OR AMÉRCICA", "COLEGIO NAVAL" ou "REAL MARINA", entre autres.

Mais ce n'est pas tout. Il existe également des "archives sur l'armée chilienne" (textuelles au document du renseignement naval) avec les fréquences détectées.

Dans la colonne "indicatifs" figurent, par exemple, des références telles que "CCS SANTIAGO", "CCM MAGALLANES" ou "VALPARAISO-PLAGE LAYA LARGE", entre autres.

Lorsque les fréquences proviennent de navires britanniques, l'en-tête est intitulé "ENGLISH ORIGIN", à gauche figurent les numéros des fréquences détectées, et dans les "indicatifs" on peut lire, par exemple, "MALVINAS", "VOZ DE MUJER" et même "AP FUERZA AÉREA USA".

Les "éléments d'informations" ayant pour thème "rapport de patrouille" portent la mention "SECRET" et l'en-tête du document est intitulé "CENTRE D'INTÉGRATION DU RENSEIGNEMENT TACTIQUE ATLANTIQUE" · Le CIAT est justement l'unité à laquelle appartenait le sous-officier Castillo.

Il y a plus d'un an, lorsque Infobae a publié que depuis l'ARA San Juan, des "espionnages" étaient effectués sur des avions et des navires britanniques relevant du "Gouvernorat des Malouines", comme indiqué dans l'OP 04/2017, les autorités nationales l'ont d'abord démenti; elles ont ensuite précisé qu'il ne s'agissait pas d'"espionnage", car cela serait illégal, et ont finalement reconnu qu'il s'agissait de tâches de "renseignement" secondaire, qui étaient effectuées non seulement par le seul sous-marin opérationnel de la marine, mais également par tous les navires et avions des forces armées.

Au cours des mois qui ont suivi, le Commodore de la marine, Esteban Zembo, ancien directeur du renseignement de la marine argentine (ARA), l'a confirmé devant la Commission parlementaire Bicamérale. Il a précisé que dans le sous-marin ARA San Juan, une personne de son équipe voyageait "avec des informations de base" sur les navires naviguant dans la région.

"Nous sommes responsables de la formation de notre personnel à toutes les questions opérationnelles de la flotte aéronavale et de l'infanterie navale. En conséquence, chaque navire déployé et patrouillant en mer transportait un agent du renseignement, qu'il s'agisse d'une corvette ou d'un sous-marin", a-t-il précisé, ajoutant que "cette disposition était prévue dans le plan de formation et d'enrôlement de la marine" et que "le déploiement du personnel du renseignement dans les sous-marins a commencé en 2017".

Selon l'avocate Carreras, il s'agissait de la deuxième mission de navigation avec le personnel du renseignement du CIAT, la précédente étant celle de juillet 2017. Il s'agit de la dernière patrouille de l'ARA San Juan.

Répondant à une question de la sénatrice Magdalena Odarda, l’ancien combattant de la guerre des Malouines a reconnu que le sous-officier Enrique Castillo faisait partie des 44 membres de l’équipage et qu'il "faisait partie de l’équipe de professionnels chargés de ce type de tâches".

Lorsque qu'on lui a demandé plus de détails, l'officier supérieur a expliqué que Castillo tenait à bord un ordinateur personnel contenant "des informations de base mises à jour avec toutes les sources disponibles. Ce qui était sur l'ordinateur, c'était la photo que nous avions jusqu'à ce moment-là de la situation des navires qui se trouvaient dans la zone où devait se dérouler la patrouille de contrôle maritime."

Lorsque le député du PRO, Guillermo Montenegro, a posé des questions sur le même sujet, l'ancien chef du renseignement naval a précisé que "Castillo ne faisait que dispenser une formation et des conseils au commandant en matière d'informations et de ce que l'équipage allait vérifier sous ce contrôle qu'il exerçait".

Réponse de la Défense à Infobae

Sur les doutes suscités par les tâches de renseignement assignées à un sous-marin qui n'est pas rentré de la patrouille parce qu'après un incendie, il a sombré à plus de 900 mètres de profondeur dans les eaux internationales et loin de la "zone des Malouines", une zone conflictuelle, Infobae a consulté des sources qualifiées du Ministère de la Défense, qui ont préféré garder l'anonymat et c'était leurs réponses.

- Pourquoi le sous-marin ARA San Juan devait-il identifier les fréquences de transmission des armements, par exemple au Brésil, au Chili et en Uruguay, et les "stations identifiées", comme on peut le lire dans les documents ?

- Le sous-marin ARA SAN JUAN menait une opération qui comportait différentes activités. Il s'agit notamment de la formation du personnel et du contrôle de la mer, conformément aux plans de formation en vigueur. Lors de la navigation, le sous-marin doit être averti de la présence d'une autre unité sous-marine ou de surface dans la même zone d'opération. Il importe également de déterminer la présence de filets d'acier de pêche jetés à la mer par les navires de pêche, qui constituent un grave danger pour la sécurité de l'unité sous-marine.

- Et la question des fréquences d'autres appareils militaires, cela n’a rien à voir avec les engins de pêche ?


- L'identification des fréquences en mer est une activité considérée comme normale, car elle sert à recevoir des avertissements aux navigateurs, des prévisions, etc. Elle sert également à identifier les unités navales et marchandes avec lesquelles elle coïncide dans la zone afin de collaborer à d'éventuels cas SAR (recherche et sauvetage). L'identification des fréquences peut être effectuée à partir de notre pays et utilisée lors de la navigation. Le sous-marin devait être attentif à toute unité de surface, sous-marine ou aérienne ainsi qu'aux navires de pêche déployés à proximité.

-Sur la base de la documentation classée par Infobae, je voudrais savoir ce que cela signifie lorsque les agents du renseignement ont écrit sur les feuilles de calcul "station identifiée Royal Marina CSNRMR" et les "autres stations" comme "Base Navale de Rio de Janeiro".

-Quelque chose qu'il est important de clarifier, c'est si le sous-marin a effectué des tâches de renseignement. Les forces armées disposent chacune de leur direction générale du renseignement, chargée de fournir des renseignements sur les menaces extérieures à la défense nationale. Dans le cadre du contrôle de la mer, il est important d'identifier les différents navires opérant en dehors opérant du mile 200. Cela signifie que le renseignement naval doit procéder à un recensement des moyens qui peuvent être considérés comme une menace extérieure pour notre souveraineté et nos ressources naturelles. C’est pourquoi, dans le cadre des missions de contrôle de la mer, il est important que le commandant d’une unité navale reçoive les conseils d’un officier du renseignement ou d’un sous-officier chargé de l’information, qui peut l’assister sur les différents navires qui peuvent être vus durant la navigation. La tâche accomplie par le sous-marin ARA San Juan consistait à exécuter des tâches de routine inhérentes à la marine argentine, c’est-à-dire ne faire que repérer et fournir des informations. L’acronyme «CSNRMR» que vous avez mentionné pourrait correspondre à une station de radio spécifique et à la fréquence d’émission correspondante, considérée comme pertinente avant de quitter le sous-marin.

- Que signifie l’identification des bases navales, quelle en est l’importance ?

- Une base navale est un ensemble d'installations destinées à soutenir le fonctionnement normal d'éléments navals, de navires, d'aéronefs, de sous-marins et d'unités d'infanterie de marine. Pour toute unité navale, il est important de connaître l'emplacement de toutes les bases navales à proximité dans sa zone d'opération, a répondu le très haut responsable consulté par ce média.

Il reste à voir maintenant si les marines identifiées par le "renseignement" naval argentin considèrent cette information comme une question secondaire et même comme une aide internationale en cas d'urgence, c'est-à-dire comme une routine qu'elles effectuent également.

L'affaire Castillo

Le sous-officier de renseignement Castillo, et cela est déjà prouvé dans le dossier, n’était pas un sous-marinier. Il n'avait pas non plus suivi de formation avant de monter à bord du navire. Il n'avait jamais été en plongée, et donc on ne savait pas comment il pourrait réagir. On ne lui a pas expliqué comment réagir en cas d'urgence.

Il est également prouvé que Castillo a été embarqué du jour au lendemain en raison de l'indisposition de l'officier du renseignement nommé Giungi, qui avait déjà effectué des patrouilles à bord de l'ARA San Juan.

L'embarquement de Castillo à bord du sous-marin a été si rapide qu'on lui a même prêté un sac de couchage. Dans une interview accordée à la chaîne coopérative TVCO de La Pampa, sa veuve a déclaré : "Il n'était pas très content, il ne voulait pas beaucoup y aller. Ils ne lui ont même pas donné les bons vêtements, il a dû sortir pour emprunter des vêtements. Il a dû aller demander un sac de couchage parce qu'il allait dormir dans la chambre des torpilles." Dans l'affaire, il y a même des photos qui prouvent l'endroit où il se reposait et qui n'était pas juste une couchette.

"Cela attire l'attention et fera partie de la demande d'imputation de cette plainte unifiée, que le rapport de la Commission Bicamerale n'a même pas nommé ou mentionné, la fonction du sous-officier Enrique Castillo, à bord du sous-marin Ara San Juan. Ce la coïncident avec l'absence de description des tâches à accomplir lors de la patrouille tragique, comme le prévoit l'ordre d'opérations 04-17. Lire des patrouilles et des renseignements sur les navires et les aéronefs dénommés objectifs militaires qui circulernt dans la zone des Malouines, en précisant les objectifs visés. Par exemple, Protector, etc., en particulier lorsque toutes les informations ont été dépouillés du secret militaire et du droit de la défense nationale lors de cet événement malheureux ", se souvient l'avocate Carreras.

Carreras a également informé Infobae que: "Notre plainte considère le cas de Castillo comme le plus grave. En effet, car il n’a pas eu la moindre formation, il n’avait jamais été à bord d’un sous-marin, il n’avait pas eu les études médicales et psychologiques que l’équipage du sous-marin avait eu. Ce qui est encore plus grave en l'embarquant dans ces conditions, "et ajoute que" la réglementation des aptitudes psychophysiques du personnel militaire de la marine détermine le type d’études à mener pour chaque développement. Par exemple, le plus rigoureux est celui du personnel parachutiste.- Dans le cas de Castillo avec un billet de 2014 comme indiqué dans l'affaire, il n'aurait pas dû embarquer, comme l'a déclaré le Médecin de la base navale de Mar del Plata, le Dr Herrera dans son témoignage devant la juge Yañez "

Il est clair que l'embarquement de Castillo parmi les 44 membres d'équipage n'a pas engendré la tragédie, mais cela n'exclut pas que la justice enquête de manière approfondie car, si, comme le dit le ministère de la Défense, les tâches qui lui étaient assignées étaient "secondaires", il a été affecté sur l'ARA San Juan alors qu'il n'était pas formé pour plonger dans un sous-marin et y rester plusieurs semaines.

Source : infobae.com

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 001_0010
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
PAUL
Maître Principal chef
Maître Principal chef
PAUL

Nombre de messages : 373
Age : 73
Localisation : Esneux
Date d'inscription : 21/12/2009

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1)   Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 EmptyLun 29 Juil 2019 - 13:09

Vingt Dieu, y z’en font du foin avec cette affaire Castillo !!!
Bon, on peut le comprendre, mais à ce point-là !

Production de brouillard ?

En tout cas Olivier, merci pour la traduction de ces 2 longs articles, c'est du boulot.
Vais les relire, mais après les corvées du jour.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier MONEL
Amiral
Amiral
Xavier MONEL

Nombre de messages : 4535
Age : 77
Localisation : 01480 MESSIMY SUR SAÔNE
Date d'inscription : 23/07/2013

Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1)   Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 EmptySam 3 Aoû 2019 - 9:57

Bonjour Paul.

Cette histoire du "San Juan" ressemble fort à un mauvais feuilleton, dont l'auteur ne saurait comment le terminer.
Hélas ; cela s'est bel et bien passé, et il y a eu morts d'hommes, de beaucoup d'hommes.
Amitiés.


Xavier



PS : je me joins à toi, pour remercier Olivier
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1)   Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1) - Page 19 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Découverte du sous-marin argentin disparu: les news (1)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 19 sur 19Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: Les dossiers du forum :: Recherche du ARA SAN JUAN : le sous-marin argentin disparu le 15.11.2017-
Sauter vers: